Voiture de luxe (septembre 2006, actuellement dans les salles)

De Wang Chao. Nouvelle réussite pour le cinéma chinois qui prouve une fois encore sa capacité à rendre compte des bouleversements traversant la Chine contemporaine. L’histoire est celle d’un vieil instituteur, Li Qi Ming, parti à Wuhan pour retrouver son fils dont il n’a plus de nouvelles. Accueilli par sa fille Yanhong, hôtesse (pour le dire poliment) dans une boite de karaoké, il est confronté au nouveau paysage urbain et social chinois.

Voiture de luxe, l’ancien et le moderne

Voiture de luxe renouvelle la question du rapport entre l’ancien et le moderne à travers le personnage de Li, révolutionnaire exilé à la campagne et incarnation de valeurs traditionnelles ancestrales articulées autour de la cellule familiale et qui s’opposeront aux valeurs de la modernité : argent, réussite etc… La Chine qu’il découvre s’oppose dans un premier temps à la Chine rurale qu’il vient de quitter : sa première rencontre avec sa fille illustre l’opposition du souvenir rural avec l’image qu’elle représente aujourd’hui, il dit ne pas la reconnaître et la compare à une animatrice télé… Le film, avec une extraordinaire pudeur et une économie de moyens remarquable, dessine l’incommunicabilité des deux êtres : la fille, obligée de cacher son véritable métier (prostituée de luxe) à son père, ne se raccorde pas à la réalité du père qui, en retour, doit fermer les yeux sur ce qu’est devenu sa fille. Par une série de gros plans, d’échanges de regards, par une extrême économie de paroles, Wang Chao dessine cette difficulté à retrouver l’harmonie familiale.

Chine moderne: agression pour vol de voiture, SDF, alcoolisme

Les déambulations du père dans Wuhan sont l’occasion de dessiner l’espace urbain de la modernité chinoise : tours de plus en plus hautes, multiples panneaux lumineux sont autant de signes d’une économie de marché foisonnante mais qui s’accompagne de dommages collatéraux (au premier rang desquels le fils et la fille)… Une scène montre Li occupé dans un commissariat à regarder des corps morts pour voir si son fils ne s’y trouverait pas. En quelques images, ce sont toutes les tares de la Chine moderne qui apparaissent : agression pour vol de voiture (dans laquelle est impliqué le fils), SDF, alcoolisme…La caméra passe des images à la figure du père : montage superbe où nous lisons sur le visage du père (donc de la génération précédente) tout ce que la Chine a pu devenir à ses yeux…

Habile mélange de registres différents (mélodrame, enquête etc…), Voiture de luxe réhabilite le projet réaliste consistant à montrer à travers quelques personnages et leur relations l’état social et politique d’un pays. L’émotion du spectateur est souvent sollicitée et répond à la violence sous-jacente qui anime tous les rapports entre les personnages. J’ai beaucoup aimé ce film, vous vous en doutez, notamment pour sa réalisation discrète mais toujours en accord avec un projet global et lisible. L’économie de moyens reste le plus court chemin pour créer de l’émotion et donner à voir une réalité complexe et mouvante, c’est là sans doute la leçon cinématographique du film… A méditer donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *