Hitman de Xavier Gens: la critique!

Combien d’adaptations de jeux vidéos ont-elles réussi à sortir du néant de l’intérêt cosmique? Bien peu, me direz-vous, et à raison! Alors Hitman, jeu bien violent comme il faut: a-t-il sur tirer son épingle du jeu? La réponse dans cette critique!

Allez, soyons francs: la dernière transposition potable fut le très graphique Silent Hill, concurrent direct (dans l’esprit) du dorénavant noyé . A côté de ça, un nombre incalculable de navets au parfum d’étron ont pullulé depuis le lancement de la mode (merci Super Mario Bros), avec dans le top 10, l’inoubliable Vandammien Street Fighter ou encore la série des Mortal Kombat (et encore le 1er s’en sortait presque convenablement: Christophe Lambert en Rayden, ça c’est du concept!). On ne va pas refaire le passé, alors revenons à Hitman!

Verdict de Hitman: étonnant!

Et oui, fallait-il donc tout simplement attendre Noël pour qu’un miracle se réalise? Pourtant, avec comme socle du film l’histoire d’un tueur à gage pas content d’être trahi, il y avait de quoi craindre le pire, à savoir une adaptation bâclée et bourrine. Mais non, bien au contraire, la majorité des pièges du genre ont été évités! Ainsi nous avons un scénario digne de ce nom (qui tire les ficelles de la trahison, et dans quel but?), des personnages enfin développés (ce qui est quand même un sacré luxe pour ne pas dire un énorme panard pour ce genre de film) et charismatiques (dur de limiter la liste tellement certains seconds rôles mériteraient aussi d’y figurer), parmi lesquels Timothy Olyphant dans le rôle du célèbre (pour les gamers) agent 47.

Cet acteur aux faux airs de Wentworth Miller (Scofield de Prison Break) crève par moment l’écran au point qu’il est difficile de ne pas adhérer à son personnage, aux très nettes allures de Neo (Matrix) ou John Preston (Equilibrium), à ceci près qu’il s’agit ici d’un implacable tueur à gage qui va finalement se révéler un peu plus que ça, et même nous faire don de quelques passages d’humour qui font mouche.

Hitman un très bon film

L’atmosphère qui se dégage est prenante, avec une efficace mise en scène: pas de répit mais pas de surenchère inutile et caricaturale, ce qui permet d’éviter les pires écueils du cinéma d’action. Ouf! Reste un découpage final parfois curieux (on se demande bien ce qu’il advient du flic kagébiste russe interprété par Robert “T-Bag” Knepper, mais on se doute qu’un bain de sang a dû le priver de la version finale… tout du moins on l’espère!), et quelques facilités de scénario finalement légitimes (on se doute bien que ça ne doit pas toujours être aussi simple pour un tueur que d’aller où il veut sans son plan ne foire jamais.). Pour résumer, il s’agit de la bonne surprise de fin d’année, signée Xavier Gens, ce qui nous fait attendre avec impatience son glauquissime (et donc forcément très attendu) “Frontières”.

1 commentaire sur “Hitman de Xavier Gens: la critique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *