Good night, and Good Luck (2006)

De Georges Clooney. Good Night and Good Luck, film politique qui peut se lire comme une critique littérale du maccarthisme mais aussi comme un miroir du monde télé actuel : ou comment un film sur le passé implique toujours un regard sur le présent (l’inverse étant tout aussi valide)…

Good night, and Good Luck: une vraie réussite

Ce qui est vraiment intéressant d’un point de vue cinématographique, c’est la manière d’incruster les films d’archive à l’intérieur de la fiction (ce qui peut expliquer le noir et blanc, manière d’uniformiser les régimes visuels et d’harmoniser le film, l’époque et sa représentation) mais aussi de montrer comment la lutte du personnage principal (et de sa rédaction) contre Mac Arthur était avant tout une lutte de communication et d’images, en effet il n’y a à aucun moment de confrontation entre les deux acteurs de l’histoire et l’arme, c’est l’image, la faire parler contre Mac Arthur, la retourner contre lui bref être capable d’utiliser le médium en le pliant à un langage politique ou performatif(montage, usage du commentaire etc…). Ainsi, l’histoire narre la naissance d’une forme d’engagement (cette question occupe le début du film), hors de toute idéologie mais selon des principes simples qui eux garantissent l’engagement démocratique: respect de la constitution, de l’opinion de l’autre… La réflexion sur le medium télévisuel nous rappelle qu’en effet, il n’est pas en soi bon ou mauvais mais se détermine selon son usage: vecteur d’engagement et de connaissance contre outil de divertissement publicitaire pour des marques toutes puissantes qui dicteraient le contenu (actuel ce film non?). Une progression chronologique certes mais chapitré par la bande son qui ponctue les étapes, très bien faite d’ailleurs! La réalisation sobre, avec certains plans de grande qualité jouant sur la géométrie et son inscription dans le cadre mais aussi sur les ressources du clair obscur, un jeu d’acteurs également sobre et appropriè (bref une esthétique aux antipodes du traitement actuel de l’information) font de ce film une vraie réussite.

Film engagé dans le bon sens du terme et passage réussi, pour la seconde fois de Clooney derrière la caméra ; par moments un manque de rythme mais qu’on pardonne facilement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *