Game of Thrones n’est pas une série banale

Bien qu’elle n’ait pas le plus gros porte monnaie de l’œuvre des collections originales, ni même les meilleurs revenus pour ses acteurs, elle est vue à raison comme l’un des plus gros mastodonte de la télévision de toute l’œuvre. Tout avant tout elle a quand même un coût moyen par opus vraiment conséquent, moyennant environ 10 millions par opus, en prévision d’une augmentation pour la saison 7 étant donné qu’elle possédera le même porte monnaie pour 7 épisodes au lieu de 10 ( soit 14, 3 millions par opus à peu près ). Game of Thrones bat régulièrement des records de popularité, que ce soit sur les social médias où elle est la plus commentée, en terme d’audience et elle est aussi la plus piratée année après année. Tout ça pour dire que GoT est une saga recherché.

[amazon_link asins=’B01K4FMGRU,B01IPVSMKA,B00YYARK82,B008HFH5DA,B00L1B5ZB6,B00GS0X9I6,B00B1CAGVY,B00L1B60LA,B00ZZDAOU8′ template=’ProductCarousel’ store=’clapmovie0e-21′ marketplace=’FR’ link_id=’7b22e764-6339-11e7-aef2-ad897f72c020′]

Le trone de fer saison 6 les points dans game of throne

Maintenant que le résultat est ici, il faut reconnaître que les souhaits ont été comblées, et beaucoup plus encore. Évidemment, il était impossible de retranscrire toute la abondance des livres mais on ne peut que s’incliner face au travail accomplie. Le casting, les décors, les costumes, l’histoire, l’accomplissement : l’ensemble est de très haute volée et fait d’ores et déjà de Game Of Thrones une série culte. Les problèmes de porte monaie deviennent quelquefois sentir lors de l’absence de quelques scènes de baston présentes dans le livre, mais le respect de l’œuvre originale est indéniable. En 2001, Le Seigneur des Anneaux prouvait qu’on pouvait faire du médiéval fantastique de qualité au grand écran. Dix années ultérieurement, avec le Trône de fer c’est maintenant chose réalisée pour le petit écran.

La force de l’œuvre se situe dans les multiples péripéties en cascade, les somptueux décors et paysages, sans oublier les caractères bien trempés des protagonistes. On peut se féliciter que le casting soit notamment composé d’acteurs britanniques. Imaginez un peu un fier guerrier du Nord veillant sur le Mur et parlant avec un accent américain. Les détracteurs de l’œuvre pointent du doigt la importante proportion de sexe et de violence gratuite. Il est vrai qu’on a rarement vu une série où la morale est à se point bafouer, mais c’est également ce qui fait l’aspect séduisant de Game of Thrones. J’entends d’ici les «Oh my god ! » des millions de spectateurs américains. Bon faut dire que je lâche également quelques «Oh putain ! » à chacun des opus.

Sérieusement, je ne pensais pas que c’était réaliste de réussir une armure en écaille de poisson également classe que celle des Tully. Excepté la réussite des costumes, le choix des décors est fait avec distinction et dextérité. Les paysages islandais sont absolument magnifiques tout comme les personnes qui irlandais, espagnols ou croates. On sent une réelle identité des paysages à travers l’œuvre. Quand je regarde un opus, il n’est pas rare que je réussisse à deviner la région dans lesquels se retrouve l’intrigue avant même de voir des protagonistes à l’écran. C’est réalisé avec rigueur et c’est souvent agréable d’avoir de tels points dans une génération de ce type. Il n’y a pas que les paysages dans GoT, les châteaux et les villes sont particulièrement bien réalisés. On est véritablement immergé dans l’œuvre. Enfin, il me savère très important de préciser la qualité des avantages particuliers. Sans oublier le fait que l’on aborde bien d’une série et non pas d’un film de 2h à 300 millions de dollars, ils sont d’excellente facture. Autant dans la saison 1 ils étaient passables et malgré quelques fails par-ci par-là ( S5E9 particulièrement ), autant ils s’améliorent saison après saison.

Game of Thrones est une excellente série grâce à ces intrigues.

Des intrigues plusieurs, plus multiples de saisons en saisons, et qui finissent en règle générale en apothéose dans des finals grandioses. Il est d’ailleurs connu que l’épisode 9 des saisons de Game of Thrones est celui qui est le plus « couillu ». Ainsi, chacun des saison suit de multiples intrigues en même temps. Il faut quelquefois de multiples épisodes avant de revoir une tête que l’on souhaite trouver. La série est très importante au niveau de ces twists en conclusion d’épisode, chose assez classique et convenue d’habitude, mais qui ici débarquent à surprendre et à véritablement proposer vous avez envie de dévorer les prochains épisodes.

En 2007, l’annonce d’une adaptation télé de la saga Le trône de fer ( A Song of Ice and Fire en VO ) fut accueillie par les passionné avec un mélange d’appréhension et d’excitation. Appréhension parce que jusqu’à présent médiéval fantastique et télévision n’avaient jamais fait excellent ménage, les seules ‘ réussites ‘ étant des collections B décomplexées à la Xena la guerrière. Mais enthousiasme car de multiples sources pouvaient proposer aux fans l’espoir fou que l’adaptation soit réussie : premièrement parce que l’auteur des romans avait annoncé sa importante implication dans le projet, ayant lui même travaillé sur le marché des collections télé, deuxièmement parce que Le trône de fer était totalement propice à une adaptation télévisuelle grâce à sa construction particulière composé de de multiples points de politiques et de cliffhangers à répétition, et pour finir parce que la chaîne derrière tout ça n’était autre que HBO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *