Désenchantée Episode 4 – Massacre du parti du château

C’est peut-être un peu trop Fry x Leela pour son propre bien, mais la relation Elfo et Bean est l’une des plus faciles pour les écrivains à exploiter pour le développement du personnage. Luci est un soulagement comique de l’enfer, donc il n’y a pas beaucoup de profondeur émotionnelle, du moins pas à ce stade de la vie de la série, mais faire rebondir Elfo et Bean l’un sur l’autre est une façon évidente d’explorer le bien et le mal de ces deux personnages.

Elfo : le personnage innocent

Cette fois, il s’agit surtout de croissance pour Elfo. Toute la plaisanterie de son personnage, c’est qu’il est naïf et innocent. Cependant, comme il l’a démontré précédemment lorsqu’il a laissé le Prince Merkimer se transformer en cochon, Elfo a une profonde et forte tendance égoïste quand il s’agit de Bean. “Castle Party Massacre” a un arc solide pour lui : il doit surmonter sa nervosité avec Bean, ce qu’il fait, mais quand les choses ne vont pas bien pour lui, il doit lâcher son égoïsme et laisser Bean obtenir son bonheur de l’endroit qu’elle choisit. Enfin, il doit prouver pleinement son courage et son courage en prenant un pour l’équipe et en aidant à résoudre un problème qu’il a partiellement créé.

Luci, le plus sympa

Luci prend un rôle de fond, mais j’aime bien la façon dont il est utilisé. C’est presque un mec sympa dans cet épisode, un effet secondaire de son intolérance pour les conneries. C’est amusant d’avoir Luci dans les parages pour couper à travers la merde et appeler Elfo sur sa timidité, comme quand il demande à bout portant Bean : “Préférez-vous Elfo ?” C’est un bon moyen pour Disenchantment de garder sa volonté qu’il/ils ne complotent pas tout en continuant à commenter la nature cliché, soutenue et twee de la chose.

Le roi Zog

Le roi Zog, d’un autre côté, est gaspillé. Il a une intrigue secondaire sur le fait d’aller en rééducation pour guérir un problème d’estomac. Cependant, il n’y a rien d’autre à la sous-placette que ses blagues. Il n’y a pas de développement du caractère ou quoi que ce soit. Il s’agit simplement d’un comique pour éloigner Zog du château jusqu’à ce que l’histoire de Bean/Elfo se termine, donc votre plaisir de l’histoire de Zog est basé sur votre plaisir de ses blagues. Pour ceux d’entre vous qui viennent de se mettre à l’écoute, le désenchantement ne me fait pas beaucoup rire jusqu’à présent, alors j’ai trouvé cette intrigue largement inutile. Je peux déjà dire que certaines personnes vont adorer le nouveau personnage Chaz. Je parie que quelqu’un va lui faire un compte Twitter. Désolé, je suis tiède sur Chaz.

Des histoires droles

Comme toujours, il y a une poignée de bonnes blagues. Bien que je ne sois pas un fan de l’intrigue globale de la rééducation, la dernière phrase de Zog “J’en ai assez de vous et de vos méthodes réussies” est bonne. La servante de Bean, Bunty, est l’un des meilleurs personnages secondaires et j’aime sa pauvre tentative de mentir que la chambre de Bean est en fait la sienne (“C’est mon lit sur lequel ma famille vit”). Et ma blague préférée est celle du citadin qui aimerait “des règles plus claires” sur le “monde de la magie et des malédictions occasionnelles” qu’ils habitent tous.

“Castle Party Massacre” est un autre épisode de Disenchantment qui n’est pas si drôle, mais qui sonne bien (je continue à apprécier les nombreuses variations du thème principal de la série). Plus important encore, comme le sont les meilleurs épisodes de la série, elle est bien tracée. Il y a quelques petits faux pas. J’ai trouvé la séquence de Bean demandant aux gens de danser à la première personne (nous mettant dans la peau des gens qu’elle demande) un choix étrange dont je ne comprends pas tout à fait le but. Et j’ai pensé que la condition négligée de Dreamland aurait dû être mieux établie très tôt, avant de nous demander d’accepter que la ville est si peu fréquentée qu’il y a un cheval mort dedans.

Une épisode plein d’émotion

Sinon, il s’agit d’un épisode charmant et émotionnel qui développe la relation entre Bean et Elfo et force Elfo à connaître une véritable croissance. Si elle échoue d’une autre manière, Disenchantment a toujours cette histoire de développement de personnages de sitcom. Et j’ai vu beaucoup d’autres sitcoms qui n’ont aucune idée de la façon de le faire.

Joe Matar regarde beaucoup de dessins animés et de sitcoms. Il est obsédé par la structure de l’histoire, donc c’est le sujet de toutes ses critiques. Joe écrit aussi sur les jeux vidéo à l’occasion. Il a une maîtrise en anglais si vous pouvez le croire. . Suivez Joe sur Twitter pour plus de plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *