Critique : Silent Hill de Christophe Gans

Silent Hill de Christophe Gans est sans nulle doute une des adaptations de jeu vidéo les plus réussies. Même si tout n’est pas parfait ce film est quand même très bon. À la base Silent Hill est un jeu vidéo sorti en 1999 par Konami sur Playstation.

Une adaptation plus que réussie pour Silent Hil

Le jeu ayant connu immédiatement un très grand succès plusieurs suites ou préquel ont ensuite vu le jour avec Silent Hill 2, Silent Hill 3, Silent Hill 4 The Room, Silent Hill: Ørigins et Silent Hill: Homecoming. Ces jeux sont tous de qualité très diverse, mais ceci n’est pas la question ici. Devant un tel succès un film se devait donc voir le jour. Christophe Gans a donc décidé de relever le défi en 2005.

[amazon_link asins=’B000050GSM,B00CAOY6K4,B01F4P14EQ,B00AICFOF6′ template=’ProductCarousel’ store=’clapmovie0e-21′ marketplace=’FR’ link_id=’c5fc955e-6339-11e7-8cbc-2de61006c776′]

Adapter Silent Hill n’est pas chose aisée, car le jeu possède une atmosphère très particulière et un bestiaire vraiment atypique. Pourtant, la grande réussite de Christophe Gans avec son adaptation de Silent Hill est justement la transposition sur grand écran de cette atmosphère. C’est vraiment parfait et visuellement ce film est une tuerie (oui, oui, n’ayons pas peur des mots). Les décors sont parfaits, tantôt clairs dans la réalité, tantôt fade et brumeuse dans Silent Hill et d’une déchéance rare dans le monde parallèle de Silent Hill ou se déchaine les enfers. L’utilisation de filtre est ici parfaitement maitrisé par le réalisateur.

Les monstres peuplant Silent Hill sont également réussis et les effets spéciaux subliment le tout. Ils sont parfaitement intégrés au film et ne font jamais tache. On a vraiment l’impression que tout ceci est réel. Que ce soit les infirmières, le mythique Pyramid Head … ils donnent tous au film une ame et une sensation toujours présente d’oppression. Je dis bien oppression, car malheureusement contrairement au jeu on a rarement peur avec le film. On rentre bien dans le film, mais on n’est jamais effrayé. On admire surtout ce monde qui prend vie devant nos yeux.

Une ambiance respecté à la lettre du jeu vidéo

Christophe Gans adapte également sa mise en scène au jeu vidéo avec des plans qui rappelleront aux nombreux joueurs que nous sommes les jeux vidéo de Silent Hill comme les vues de haut avec les enseignes des magasins avec le personnage qui passe ou encore les fameux virages à 90 degrés sans savoir ce qu’il y a après. De nombreux éléments du jeu sont repris ici comme l’aspect brumeux de la ville, les fameuses sirènes sans quoi Silent Hill ne serait pas Silent Hill, la radio qui grésille et même les plans à mémoriser…
Mais tous ces éléments ne sont pas là pour remplir un cahier des charges, mais ils servent le film en lui donnant cette dimension étrange et cette sensation d’évoluer dans un monde ou tout peut se passer.

Toutefois, il faut noter que Christophe Gans a pris des libertés avec le scénario en mixant les jeux Silent Hill 1 et Silent Hill 3. Par exemple dans le 1er Silent Hill le héro est un homme qui cherche sa fille après l’accident et non une femme. Cependant, Christophe Gans a travaillé en étroite collaboration avec Akira Yamakoa (le responsable de l’équipe qui compose les sons et la bande originale du premier volet et qu20i deviendra par la suite le producteur de la série). Il faut également noter dans le film l’excellente bande-son qui colle parfaitement au film et a ce que l’on voit alternant entre l’anxiété et la mélancolie. Sans nul doute que Akira Yamakoa a apporté ici sa touche personnelle même si le compositeur est Jeff Danna.

Christopher Da Silva aurait du être supprimé

Tout n’est pas parfait dans ce film à commencer par toute la partie du film qui concerne Christopher Da Silva (Sean Bean) qui recherche sa femme dans “le monde réel”. Tout cela est inutile et nuit au film, car à chaque fois cela nous arrache au monde de Silent Hil pour nous montrer une recherche qui ne mènera à rien. Sean Bean est clairement la comme “tête d’affiche” et sa présence ralentit le rythme du film.

Le personnage extraordinaire Pyramid Head est largement sous exploité dans le film alors qu’il est LE méchant qui aurait dû être beaucoup plus développé. Il apparait deux fois dans le film et à chaque c’est un grand moment spectaculaire. Il n’y a qu’a voir sa première apparition, on en reste quasiment bouche bée.
S’il y a une suite à ce film, espérons que Pyramid Head sera plus présent.

J’ai également eu un peu de mal avec la fin de l’histoire (dans l’église) que je trouve beaucoup trop grand spectacle même si tout n’est pas à jeter. À vouloir en montrer trop, on perd ce côté mystérieux et intriguant du film. Je pense que Christophe Gans a voulu volontairement faire une fin spectaculaire à son film, mais malheureusement cela créait un fossé avec le reste du film. C’est un peu dommage. Le dénouement du film reste ouvert à de nombreux égards (Sharon, parallèle monde réel/monde silent hill…) laissant ouverte la possibilité d’une suite. Espérons que si cette suite voit le jour Christophe Gans sera toujours aux commandes, car en gommant certains défauts il pourrait faire encore mieux.

Toujours est-il que ce Silent Hill est une réussite pas parfaite, mais très bonne et dotée d’un univers exceptionnel que la plupart des spectateurs devraient apprécier. Pour ma part j’adore !

Silent Hill Avis Blu-ray :

Après des éditions DVD décevante (surtout en zone 1) le blu-ray apporte ici tout ses atouts a ce film. La superbe photographie du film est ainsi parfaitement mis en valeur par la HD et le grain voulu par Christophe Gans est conservé. L’expérience visuelle est parfaite.
La Vo en DTS 5.1 est très nerveuse et les effets sonores sont légions.
Cette édition est une belle réussite.

  • Titre : Silent Hill
  • Date de sortie cinéma : 26 avril 2006
  • Réalisé par Christophe Gans
  • Avec Radha Mitchell, Sean Bean, Laurie Holden
  • Long-métrage américain, japonais, français.
  • Genre : Epouvante-horreur, Fantastique
  • Durée : 2h07 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *