Charade (1963)

de Stanley Donen. Charade mêle habilement le registre de la comédie romantique et du récit policier. Prenant place dans un Paris de cartes postales (la Seine, l’ambiance romantique et amoureuse, les squares…), l’histoire est celle d’une chasse au trésor ou plutôt d’un magot destiné à la Résistance française et qui fut dérobé par quatre résistants bien peu scrupuleux. L’un dentre eux est assassiné et laisse sa femme aux prises avec ses anciens complices, bien décidés à récupérer le trésor. Heureusement, la superbe Audrey Hepburn recevra l’aide du non moins superbe Cary Grant…

Charade, le trésor et les meurtres

Le rythme du film est très agréable et suit les rebondissements d’une intrigue ubuesque jouant pleinement la carte du plaisir et du second degré. L’intrigue avance au gré des assassinats successifs et s’articule autour de deux questions: où est donc ce trésor ? Qui est l’auteur des meurtres? Notons au passage que la réponse à la première question n’est pas sans évoquer La lettre volée d’Edgar Alan Poe où ce qui crève les yeux demeure finalement ce qui reste le mieux caché… La seconde question ouvre à des thématiques classiques dans ce genre cinématographique: mensonge, identité opaque, théâtralité de l’intrigue où chacun participe plus ou moins à un vaste jeu de dupes (l’une des scènes finales prend place dans un théâtre…), confiance abusée et réversibilité des rôles (espion espionné, trompeur trompé, manipulateur mnipulé etc). Le registre romantique fonctionne à merveille. L’alchimie du couple vedette en est bien évidemment l’explication. Il est d’ailleurs amusant de constater que la différence d’âge entre les deux stars fournit un argument (au sens thématique) de plus au film.

De l’humour, de l’aventure, de la classe… Charade incarne à merveille le savoir faire hollywoodien en matière de comédie policière et romantique. Dans la veine de La mort aux trousses ou de La main au collet (en bien plus superficiel évidemment), ce film est un divertissement de tout premier ordre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *