12 hommes en colère (juillet 1957)

Habitué et déjà connu pour les fictions judiciaires qu’il avait réalisées pour la télévision américaine, Sydney Lumet se vit confier la réalisation de 12 hommes en colère, huis clos étouffant où se joue le destin d’un jeune homme accusé du meurtre de son père. Un seul juré (Henry Fonda) s’attache à convaincre les 11 autres jurés de l’innocence de l’accusé. La force du film réside sur la conjonction de deux éléments : l’écriture d’un scénario (rédigé par Reginald Rose) fin et efficace d’un côté, l’extrême théâtralisation de l’ensemble de l’autre.

Le scénario construit en effet le huis clos comme le lieu où les divergences d’une communauté vont trouver à s’exprimer. Chaque personnage est pourvu d’un caractère bien défini, typé mais qui évite systématiquement toute caricature. Le tout fonctionne alors sur la confrontation des caractères qui semblent la cause essentielle de l’opposition des avis. Pour Fonda, incarnation de la dignité de l’activité de justice, il s’agit de cerner les parti pris, les a priori de chacun pour ensuite trouver la faille qui permettra de démonter un argumentaire et d’y transposer le sien.

12 hommes en colère et la salle de délibération

Ici interviennent toutes les ressources de la théâtralisation. Le premier élément réside évidemment dans le huis clos : la salle de délibération est un lieu unique qui rappelle l’espace scénique, lui aussi unique. Vient ensuite la temporalité : le film se constitue en effet comme un bloc quasiment homogène, sans grande coupure temporelle. L’impression est celle d’une intrigue en temps réel : tout se joue sous nos yeux, dans un temps qui est aussi le notre. Les choix de réalisation ne peuvent que se conformer à la forme du huis clos. Des plans moyens qui englobent les 12 jurés alternent avec des gros plans lorsque le dialogue s’engage : le gros plan signifie un état de parole mais aussi la manière dont la parole est reçue. Les mouvements de caméra suivent les mouvements des personnages (la dynamique assis/debout, statisme/mouvement est primordiale pour la mise en scène ais aussi pour le sens) et soulignent alors l’évolution des positions respectives tout comme l’exaspération des uns et des autres. La palette est réduite mais l’ensemble fonctionne à merveille. La tension grimpe au fur et à mesure que Fonda instaure le doute, chacun réagit en conséquence selon son propre caractère. Se dessine ainsi une réflexion sur la justice, sur la manière dont chacun la conçoit, la rend et la constitue…

Un doute méthodique des 12 hommes en colère

Une justice qui ne doute pas est une justice qui fonctionne mal, tel serait le présupposé du film. Fonda incarne le doute, un doute méthodique qui vient s’opposer aux certitudes des autres jurés. Deux régimes semblent s’opposer constamment : celui de l’évidence, de la factualité pure et dure et celui du questionnement des évidences, de l’interprétation. De même, la question du déterminisme social est régulièrement évoquée et constitue un enjeu central du film : la justice doit s’appliquer de la même manière pour tous, ne doit pas se construire sur des a priori sociologiques. Dés lors, Fonda est un accoucheur de conscience qui transmet son doute aux autres selon une gradation « virale » qui finira par retourner la condamnation prévue. Ainsi, les jurés refont littéralement le procès, assument une activité synthétique et critique, celle justement qui définit le jugement qui consiste précisément à trancher, à balancer entre doutes et certitudes. La finesse du scénario repose alors sur le refus de statuer sur la culpabilité, ce qui importe, c’est bien la définition d’une bonne justice : le film ne statut puisque c’est au juré de le faire, il épouse par là même le mouvement qu’initie son contenu…

12 hommes en colère est un excellent film, où la parole est reine (encore un élément qui le raccorde au théâtre), où chaque acteur tient un rôle précis et essentiel au tout. Un exercice tout en tension qui rehausse comme jamais l’activité de justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *